Archive

Archive for octobre 2011

2011, l’année arabe…

2011 a été une année marquée par des événements inédits dans le monde arabe. Dès le début de l’année, les révoltes populaires ont réussi, contre toute attente, à renverser des dirigeants en place depuis plusieurs décennies. Les figures inattaquables de Ben Ali, Kadhafi, ont partagé avec plus ou moins de chance, le sort de Saddam Hussein. Le cas Libyen a été singulier, en effet, ce régime de 40 ans rendait impensable toute opposition. Cependant, le Colonel a connu une fin pitoyable, caché au fond d’un collecteur d’égout, avant d’être abattu en octobre 2011. Cet exemple de courage et de détermination de la population sont dignes de servir d’exemple pour les présidentielles de mai 2012… L’écart de situation est remarquable pour l’expression de la démocratie : d’un côté les uns se félicitent de l’issue d’une lutte armée, d’un autre côté, les autres se félicitent des résultats d’une primaire… Les changement radicaux de l’équilibre politique de cette région du monde que l’on pensait immuable, ont une portée beaucoup plus importante que l’on pourrait imaginer au premier abord.

Electoralement, tout d’abord, c’est un exemple pour tous les dirigeants du continent africain sur ce qui pourrait bien leur arriver s’ils n’y prennent pas garde. Au-delà, cet exemple peut aussi influencer les sociétés occidentales dans leur vie politique : l’éjection de tel ou tel dirigeant ou candidat qui est plus aisée, par simple voie électorale ou menace d’une action électorale. Le seul élément en suspens est de savoir si les votants sont prêts à agir de la sorte, ou s’ils se contentent de critiquer des personnalités politiques tout en leur accordant leur confiance le jour des élections… Au-delà, les tendances extrêmes ont leur carte à jouer dans une telle configuration, de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par les formation religieuses, à situation exceptionnelles, mesures exceptionnelles dit-on… Religieusement, la chute des régimes qui semblaient inattaquables jusqu’à aujourd’hui, ont ouvert la porte aux islamistes et autres tendances religieuses radicales. Des dirigeants comme Saddam Hussein, Ben Ali, Kadhafi pouvaient jouir d’une relative indulgence de la part des pays occidentaux, dans la mesure où ils jouaient le rôle de rempart face aux mouvements religieux fondamentalistes. Désormais la situation peut fort bien évoluer comme en Palestine où les autorités religieuses sembles être les seules garantes de la lutte contre la corruption, dans la gestion des affaires publiques, dans un souci d’efficacité, de probité. Cet aspect jouit d’un fort pouvoir de séduction aux yeux d’une population souvent désabusée par des promesses non tenues et par l’attitude de certains dirigeants (comme en Occident d’ailleurs !). C’est ce qui a porté le Hamas au pouvoir et l’a maintenu aujourd’hui encore. Ce sont les mêmes raisons qui ont porté le parti Ennhada au pouvoir en Tunisie en octobre 2011…

Economiquement, les enjeux sont à la hauteur des défis à relever. En effet, les infrastructures sont à reconstruire quand elles ne sont pas à créer. Energie, communications, informatique, commerce, tout est susceptible de faire l’objet de contrats particulièrement juteux pour des entreprises occidentales, asiatiques ou moyen-orientales… La promesse de ces contrats est largement suffisante pour susciter l’appétit de tous dans une lutte qui promet d’être acharnée, le but de chacun étant de placer ses pions en jouant sur tel ou tel levier décisionnel. Sur ce point, les critères sont variés (historiques, culturels, politiques, etc.), tout est bon pour remporter ces fameux contrats, mais aussi pour se positionner face à des concurrents dynamiques, qui eux non plus ne reculeront pas devant des moyens parfois discutables pour faire de même…

Militairement, ce domaine est particulièrement sensible. La Lybie a posé de gros problèmes quant à une intervention militaire et plus spécialement sur les livraisons d’armes aux insurgés. La crainte des pays occidentaux était de voir des armes lourdes finir dans les mains des islamistes, toujours en embuscade. Ainsi, seules des armes légères ont été fournies, malgré les besoins d’armes lourdes. Les frappes aériennes via des appareils classiques ou des drones pallié cette lacune avec plus ou moins de succès (avec de belles démonstrations in situ pour de futurs clients !). Cependant, le développement économique de ces pays pourraient fort bien leur permettre d’acquérir un armement de qualité susceptible de traiter des cibles sur le territoire israélien ou viser des intérêts israéliens… La prochaine crise économique de 2012 va sans doute accroître tensions et les ventes d’armes. Faute de liquidités, les moyens de paiement seront variés mais toujours présents et souvent massifs. En outre, une période de crise économique est toujours favorable à des essais et tests in situ pour des produits médicaux, techniques, militaires… En somme, toutes les conditions sont réunies pour préparer un conflit, ou des conflits, qui promettent d’être massifs, étendus et très meurtriers. Nous verront peut-être un nouvelle ère, une période qui règlera les contentieux d’une manière violente, quand la diplomatie s’est montrée impuissante ou incapable de satisfaire toute les parties.

Politiquement, c’est le dernier point qui sera sans doute la conséquence de tous les autres. La politique a toujours été un domaine particulier et délicat. Il y a fort à parier qu’il le sera encore plus dans les années à venir. Les intérêts particuliers devront cependant composer avec les intérêts collectifs. Les intérêts des Etats devront eux aussi composer avec d’autres Etats, en utilisant la manière douce ou la manière forte selon les circonstances. Pour cela, les moyens ne manquent pas, différents domaines peuvent faire l’objet d’une intervention de la politique, mais également subir des influences, des pressions :

La religion par exemple, peut être une source importante de frictions, elle peut mobiliser une grand nombre de personnes en un minimum de temps et sur un espace considérable. Les guerres de religion (quoi que l’on en dise) existent toujours, elles sont simplement larvées, comme en gestation, et n’attendent qu’une circonstance favorable pour exploser. En outre, elles cristallisent toutes les attentes, toutes les frustrations. Le fait religieux déborde très souvent sur le fait civil, l’exemple de la Tunisie l’illustre parfaitement avec la victoire du parti Ennhada, comme je le précise plus haut.

L’économie, et plus spécialement la finance est une arme parfois utilisée pour déstabiliser un pays ou un groupe de pays en attaquant sa monnaie, c’est à dire ce qui fait la cohésion de l’économie. C’est un peu ce qui arrive à l’Europe actuellement. La crise de l’euro peut bien préfigurer la crise d’autres monnaies que l’on estime solides comme le dollar. Cette situation de crise accroît les déséquilibres existants, elle peut aussi en générer de nouveaux. Il n’est plus tant nécessaire de disposer de canons pour attaquer un pays, la fragilité de ses infrastructures économiques suffisent souvent. On peut inonder une partie du monde de produits manufacturés, de sorte à les imposer dans les foyers, les industries, les bureaux, les hôpitaux… A ce stade, on dispose alors d’un moyen de pression important car le pays acheteur n’est plus en mesure de produire lui-même ce dont il a besoin, il devient dépendant de celui qui le fournit, et qui peut à tout moment imposer ses conditions…

Publicités
Catégories :causeries du moment

accueil des nouveaux arrivants à Grenoble

Grenoble est une ville dynamique qui séduit chaque année les nouveaux venus. Grenoble, une ville où il fait bon vivre… Avec son environnement de montagnes, ses universités, son pôle scientifique, ses équipements culturels, ses richesses patrimoniales…

Un rendez-vous est organisé (pour les nouveaux résidents de moins d’un an) le 3 décembre à l’Hôtel de Ville, 11 bvd Jean Pain (parc Mistral) à partir de 14h00.

Le maire de Grenoble serait heureux de vous accueillir à l’Hôtel de Ville pour une réception festive. Venez prendre la pose pour une photo de famille à envoyer à vos proches, et partager vos souvenirs sur grenoble.fr. Puis, les guides de l’Office de Tourisme vous conduiront à travers le Grenoble ancien ou à la découverte du musée de Grenoble pour une promenade parmi les œuvres.

http://www.grenoble.fr/TPL_CODE/TPL_ACTUALITE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/459/67-participez.htm

Catégories :grenoble

grands aménagements sur Grenoble

Grenoble va étendre le maillage du tram, avec une extension de la ligne B :

http://www.grenoble.fr/TPL_CODE/TPL_ACTUALITE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/85/338-transports-en-commun-et-covoiturage.htm

et la création de la ligne E :

http://www.grenoble.fr/TPL_CODE/TPL_ACTUALITE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/32/2-cadre-de-vie.htm

De quoi mieux circuler et profiter des transports en commun.

Catégories :grenoble