Archive

Archive for juin 2012

Tour Eiffel américaine….

La célèbre Tour Eiffel existe sous plusieurs versions dans le monde et plus particulièrement aux Etats-Unis….

Une Tour Eiffel à Las Vegas, aux Etats-Unis
La plus célèbre copie de la Tour Eiffel de Paris est certainement celle située devant l’hôtel casino Paris Las Vegas, à Las Vegas, dans le Nevada, à l’ouest des Etats-Unis. Il s’agit également de la plus grande copie au monde : 165 mètres de haut, soit environ la moitié de la taille de notre Tour Eiffel, haute de 324 mètres. La tour du Paris Las Vegas est utilisée comme terrasse panoramique sur le Las Vegas Strip, l’avenue qui regroupe les plus grands hôtels de la ville. Elle abrite également un restaurant. Au départ, les architectes souhaitaient construire une réplique de la même taille que la tour originale, mais le projet a dû être annulé, l’aéroport McCarran étant trop proche.Devant l’hôtel, les visiteurs peuvent également reconnaître l’Arc de Triomphe, la fontaine de la place de la Concorde, ainsi que l’Opéra Garnier.

Une Tour Eiffel dans l’Ohio, aux Etats-Unis
Beaucoup de copies de la Tour Eiffel se trouvent dans des parcs d’attractions, et c’est le cas au Kings Island, près de Cincinnati, dans l’Ohio, à l’est des Etats-Unis.Le centre d’intérêt principal du parc est la Tour Eiffel de 100 mètres de haut installée sur l’artère la plus grande, à l’entrée.Une autre réplique de 84 mètres est visible dans le parc Kings Dominion, situé près de Richmond, en Virginie, à l’est des Etats-Unis.

Une Tour Eiffel en Floride, aux Etats-Unis
Le Walt Disney World Resort, situé à Orlando, en Floride, dans le sud-est des Etats-Unis, possède un parc nommé EPCOT (Prototype expérimental d’une communauté du futur).Onze pays sont représentés dans ce parc avec un pavillon chacun. Celui consacré à la France comporte entre autres une Tour Eiffel de 23 mètres de haut, une boulangerie-pâtisserie et un restaurant typiquement français.

Une Tour Eiffel au Texas, aux Etats-Unis


L’Etat du Texas, au sud des Etats-Unis, possède lui aussi une ville nommée Paris (rendue célèbre par le film de Wim Wenders Paris,Texas).Et que serait « Paris » sans Tour Eiffel ? La municipalité texane s’est donc dotée d’une tour, plus ou moins réussie, d’une hauteur de 20 mètres.Et parce qu’il s’agit du Texas, il fallait bien que cette mini Tour Eiffel se coiffe d’un chapeau de cow-boy rouge !

Une Tour Eiffel dans le Tennessee, aux Etats-Unis
Il existe également une ville du nom de Paris dans le Tennessee, à l’est des Etats-Unis.Comme pour son homologue texan, le Paris du Tennessee a fait construire en 1983 une Tour Eiffel modeste : elle culmine à 18,30 mètres de hauteur.

 

Source : http://francesebtorre.blogspot.fr/2009/09/les-tour-eiffel-dans-le-monde.html

 

 

 

Publicités

De la mégapole…

Le texte suivant est tiré du livre de Louis Leprince-Ringuet, intitulé « le grand merdier », date de 1978…

34 ans après, ses réflexions sur les grandes villes sont toujours d’actualité. Bien des études, des réflexions ont été menées sur le thème éculé de la mégalopole, de la ville tentaculaire. Il m’a semblé plus simple de ne pas ajouter à la surenchère d’explications et de commentaires, le texte se suffisant à lui-même…

Mais le gigantisme ce sont aussi les très grandes cités, les mégalopolis, Paris, Londres, New Yord, Chicago, Tokyo, etc., agglomérations démentielles qui ne correspondent plus du tout  au concept de villes. Une ville a un sens. Elle devrait permettre à ses habitants de se retrouver facilement, rapidement, de former une communauté. Hélas ! on en est loin : voies d’accès bouchées aux heures de pointe, queues sur les périphériques et sur les avenues intérieures, stationnement des voitures de plus en plus difficile, distances trop grande pour qu’on les couvre à pied, extension croissante et anarchique des constructions d’habitation introduisant des masses humaines artificiellement groupées, masses déracinées, sans aucun rapport avec de véritables communautés.

(…)

Le temps perdu d’abord. Dans les files des voitures immobilisées à touche-touche, que faire d’intéressant ? C’est un véritable esclavage, sauf pour les puissants qui téléphonent de leur voiture, dictent des lettres, presque comme au bureau. La monotonie et l’ennui ensuite, dus à la répétition des formes dans la construction des immeubles : d’où une triste banalisation qui est encore une forme d’esclavage. Alors que les cellules de notre corps portent toutes, sans exception, notre marque personnelle, la grande ville, avec le logement, le transport, l’habillement, la nourriture, les heures de travail, parvient à supprimer, à effacer toute originalité. L’individu n’est plus qu’une parcelle de foule. D’où la réaction : appartenir à un troupeau, non merci.

(…)

Un des fruits amers du gigantisme, c’est la solitude, le rejet. On est beaucoup plus seul dans une grande cité que dans uns de nos villages. On se croise dans les rues, par milliers parfois, sans se rencontrer une seule fois. On peut, si l’on vit sans famille, ce qui est le cas de beaucoup, être malade, mourir chez soi, sans que personne le sache. D’où un terrible anonymat dans la vie, dans la souffrance, dans la mort. Je connais deux femmes seules, âgées, l’une à Paris, l’autre en Bourgogne, à la campagne. Cette dernière vit dans sa petite maison. Son mari est décédé. Ses enfants sont loin et ne viennent, parfois, qu’à l’occasion des vacances. Elle marche très difficilement, reste toujours chez elle (elle a heureusement la télévision). Pourtant elle ne se plaint pas, ses voisins passent chaque jour sur la route devant sa porte, ils entrent. Cette chaleur amicale la réchauffe.

La Parisienne, dans son petit « deux-pièces » du quartier des Archives, est désespérément solitaire. Pratiquement pas de visites. Comme elle perd un peu la tête, ses voisins redoutent qu’elle n’ouvre par mégarde le robinet du gaz ou ne mette le feu. Ils souhaitent presque sa disparition. Alors, on cherche à parquer les vieillards. Il passent entre eux la fin de leur existence, sans participation à l’animation quotidienne, tandis qu’au village, le vieux reste intégré à la ferme, à la famille. Les handicapés, eux aussi, ont bien rarement leur place parmi le reste de la population. Eux aussi étaient acceptés dans les fermes. On ne les parquait pas, on était habitués à leur présence.

Catégories :causeries du moment

De la Déclaration d’indépendance américaine

Le 4 juillet 1776 à Philadelphie, 13 Etats réunis en congrès déclarent :

« Lorsque dans le cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l’ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la Terre, la place séparée et égale à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l’opinion de l’humanité oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation.

 Cette introduction replace le contexte de la déclaration d’indépendance, il s’agit bien de l’émancipation des colons vis-à-vis de la Couronne Britannique, au nom des droits de l’homme (tels que conçus en France) mais sous couvert de Dieu, la religion étant très présente dans la société américaine, aujourd’hui également. La potée divine étant incontestable, elle confère une pleine légitimité à cette déclaration.

Nous tenons ces vérités comme allant d’elles-mêmes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont dotés par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

Ici, les Droits de l’Homme diffèrent légèrement de la conception française, les hommes sont égaux non par nature, mais par la Création divine. En outre, il s’agit d’une démarche individuelle qui tend vers le bonheur. L’article premier de la Déclaration des Droits de l’Homme (DDHC) est rédigés ainsi : Article premier : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. Ici, le but est clairement collectif,  l’individu est considéré comme étant partie d’un ensemble plus vaste où l’individualisme n’a pas sa place. Là encore les droits dont il peut se prévaloir sont considérés comme étant d’origine divine, ainsi, porter atteinte à l’individu dans ses droits fondamentaux, revient à porter atteinte à l’œuvre divine.

Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés.

 Le gouvernement émane donc du peuple et de lui seul, sous réserve que ce dernier puisse le remettre en cause. En ce sens, l’article 15 de la DDHC précise à l’article 15 : La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration. Une nuance de taille apparaît : on peut remettre en cause un agent public, non le gouvernement tout entier…

Dans la conception américaine, la création divine est absolue (celle qui porte sur les des droits fondamentaux), celle des hommes peut être sujette à caution, elle peut être modifiée, voire complètement refondue pour une nouvelle version qui annule et remplace la précédente.

Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement, en le fondant sur les principes et en l’organisant en la forme qui lui paraîtront les plus propres à lui donner la sûreté et le bonheur.

Ici, le peuple est pleinement souverain, c’est la source même de la souveraineté, contrairement à la Nation dans la conception française, comme le précise l’article 3 : Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Tandis que l’article 2 confie la préservation des droits inaliénables à l’association politique : Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Le peuple reste le cœur, la source de toute légitimité, c’est lui qui fait et défait les gouvernements, sur la base de son intime conviction de ce qui est bon et de ce qui ne l’est pas.

 

La prudence enseigne, à la vérité, que les gouvernements établis depuis longtemps ne doivent pas être changés pour des causes légères et passagères, et l’expérience de tous les temps a montré, en effet, que les hommes sont plus disposés à tolérer des maux supportables qu’à se faire justice à eux-mêmes en abolissant les formes auxquelles ils sont accoutumés.

Cette précision relève d’une grande importance, elle reconnaît la valeur du temps pour un gouvernement, c’est un gage de stabilité non sur une base légale, mais sur l’expérience, la pratique.

Il est donc préférable de subir un « mal nécessaire » plutôt que de réformer tout un système qui a pourtant fait ses preuves. Cette disposition permet d’assurer une stabilité des institutions, de les maintenir en place malgré leurs éventuelles imperfections.

Mais lorsqu’une longue suite d’abus et d’usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future.

Le rejet du gouvernement reste un acte extrême qui ne doit s’appliquer que dans des situations extrêmes elles aussi. Plus qu’un droit, c’est un devoir de chaque citoyen de rejeter un gouvernement indigne pour le remplacer par un autre, plus à même de répondre à ses besoins. On voit ici un sujet délicat : la possibilité de rejeter un gouvernement indigne, mais d’un autre côté, la crainte d’une rejet trop « fréquent », trop systématique des institutions dès lors qu’elles apparaissent nuisibles. Une telle situation peut se justifier sur le plan légal, mais elle crée une instabilité qui rend impossible la gestion des affaires publiques. Indirectement, elles ouvrent également al voie à des abus de pouvoir de la part de structures suffisamment puissantes pour accéder au pouvoir et s’y maintenir. En un mot, on risque de passer d’un régime relativement acceptable à une franche dictature.

 Telle a été la patience de ces Colonies, et telle est aujourd’hui la nécessité qui les force à changer leurs anciens systèmes de gouvernement. L’histoire du roi actuel de Grande-Bretagne est l’histoire d’une série d’injustices et d’usurpations répétées, qui toutes avaient pour but direct l’établissement d’une tyrannie absolue sur ces États. Pour le prouver, soumettons les faits au monde impartial :

Il a refusé sa sanction aux lois les plus salutaires et les plus nécessaires au bien public. Il a défendu à ses gouverneurs de consentir à des lois d’une importance immédiate et urgente, à moins que leur mise en vigueur ne fût suspendue jusqu’à l’obtention de sa sanction, et des lois ainsi suspendues, il a absolument négligé d’y donner attention.

Ainsi, il est reproché au roi, de ne laisser aucune autonomie (même relative) aux gouverneurs, souhaitant ainsi, conserver un pouvoir absolu dans l’administration des colonies. En effet, l’éloignement de la Couronne est susceptible d’encourager des entreprises individuelles, la constitution de pouvoirs locaux. De tels agissements risquent fort de miner l’autorité de la Couronne, et dans le même temps, d’encourager le tentatives d’indépendances dans plusieurs domaines (commercial, juridique, militaire, etc).

Il a refusé de sanctionner d’autres lois pour l’organisation de grands districts, à moins que le peuple de ces districts n’abandonnât le droit d’être représenté dans la législature, droit inestimable pour un peuple, qui n’est redoutable qu’aux tyrans.

Il lui est également reproché de porter atteinte à la représentativité du peuple, c’est-à-dire sa reconnaissance en tant que citoyen disposant du droit d’expression. Un grand district représente en effet une structure suffisamment vaste pour entreprendre des démarches locales, et de fil en aiguille, se détacher petit à petit de l’autorité de la Couronne. Ceci ne laisse aucune possibilité d’évolution future pour les colonies dans la voie d’une gestion locale plus souple, sans aller jusqu’à l’autonomie. Une telle situation ne laisse que deux possibilités : l’immobilisme pour un temps considérable ou la révolte pure et simple.

Il a convoqué des Assemblées législatives dans des lieux inusités, incommodes et éloignés des dépôts de leurs registres publics, dans la seule vue d’obtenir d’elles, par la fatigue, leur adhésion à ses mesures.

Ces mesures visent à réduire toute opposition à son autorité. En éloignant les administrations des citoyens, la volonté est de les couper des décisions, de leur faire jouer un rôle de simple exécutant. Aujourd’hui se pose encore la question de la proximité des institutions, de la volonté de rapprocher les institutions du citoyen afin qu’il y trouve sa place. L’éloignement crée le désintérêt, la faible participation aux dernières élections européennes le prouvent largement…

Là encore, c’est la représentativité qui est atteinte, comment exercer pleinement ses droits si c’est matériellement impossible ?

La lassitude semble être le moyen choisi pour obtenir l’assentiment des colons pour les lois édictées par la Couronne.

À diverses reprises, il a dissous des Chambres de représentants parce qu’elles s’opposaient avec une mâle fermeté à ses empiètements sur les droits du peuple. Après ces dissolutions, il a refusé pendant longtemps de faire élire d’autres Chambres de représentants, et le pouvoir législatif, qui n’est pas susceptible d’anéantissement, est ainsi retourné au peuple tout entier pour être exercé par lui, l’État restant, dans l’intervalle, exposé à tous les dangers d’invasions du dehors et de convulsions au-dedans.

C’est une mesure extrême qui met fin à toute tentative d’opposition, c’est la marque du pouvoir absolu que l’on ne souhaite pas voir remis en cause. En France, le Parlement a souvent lui aussi joué un rôle d’opposition aux volontés du Roi. De nos jours, le Président peut, s’il le souhaite, dissoudre l’Assemblée…

Faute d’une opposition constituée, structurée et légale, toute action envers la Couronne relève de la trahison pure et simple, et ne mérite aucun égard.

Il a cherché à mettre obstacle à l’accroissement de la population de ces États. Dans ce but, il a mis empêchement à l’exécution des lois pour la naturalisation des étrangers ; il a refusé d’en rendre d’autres pour encourager leur émigration dans ces contrées, et il a élevé les conditions pour les nouvelles acquisitions de terres.

Cette mesure quant à elle vise à éviter la pression de la foule, le contrôle de l’opinion par le contrôle de la population en quelque sorte…

De telles mesure évitent surtout que ne se constitue une élite locale, une bourgeoisie qui pourrait bien entraîner le peuple dans son sillage.

Il a entravé l’administration de la justice en refusant sa sanction à des lois pour l’établissement de pouvoirs judiciaires. Il a rendu les juges dépendants de sa seule volonté, pour la durée de leurs offices et pour le taux et le paiement de leurs appointements.

Là encore, la loi, source de tout pouvoir, est contrôlée. Le roi évite également une éventuelle dérive des magistrats dans leur charge, ceux-ci pouvant imaginer prendre des libertés loin des yeux de la couronne… Après le contrôle de la population, c’est celle des magistrats en poste…

Il a créé une multitude d’emplois et envoyé dans ce pays des essaims de nouveaux employés pour vexer notre peuple et dévorer sa substance. Il a entretenu parmi nous, en temps de paix, des armées permanentes sans le consentement de nos législatures. Il a affecté de rendre le pouvoir militaire indépendant de l’autorité civile et même supérieur à elle.

Au-delà des magistrats, c’est toute l’administration qui est visée, les postes ne sont pas confiés à des colons mais à des anglais de souche. Ainsi, les agents de l’administration n’ont d’autre souci que celui des intérêts de la couronne, et non des colons…

Afin d’éviter toute émeute, toute action armée, l’armée reste présente et susceptible de briser toute tentative de rébellion. Le commandement militaire est séparé de la société civile, il lui est même supérieur. Cette disposition permet des action ponctuelles, locales à tout instant en cas de besoin.
 

Il s’est coalisé avec d’autres pour nous soumettre à une juridiction étrangère à nos Constitutions et non reconnue par nos lois, en donnant sa sanction à des actes de prétendue législation ayant pour objet : de mettre en quartier parmi nous de gros corps de troupes armées ; de les protéger par une procédure illusoire contre le châtiment des meurtres qu’ils auraient commis sur la personne des habitants de ces provinces ; de détruire notre commerce avec toutes les parties du monde ; de nous imposer des taxes sans notre consentement ; de nous priver dans plusieurs cas du bénéfice de la procédure par jurés ; de nous transporter au-delà des mers pour être jugés à raison de prétendus délits ; d’abolir dans une province voisine le système libéral des lois anglaises, d’y établir un gouvernement arbitraire et de reculer ses limites, afin de faire à la fois de cette province un exemple et un instrument propre à introduire le même gouvernement absolu dans ces Colonies ; de retirer nos chartes, d’abolir nos lois les plus précieuses et d’altérer dans leur essence les formes de nos gouvernements ; de suspendre nos propres législatures et de se déclarer lui-même investi du pouvoir de faire des lois obligatoires pour nous dans tous les cas quelconques.

Toutes ce mesures visent à mettre en évidence un fait : les colons sont des citoyens de seconde zone, ils ne peuvent évoluer (professionnellement et juridiquement) qu’en étant soumis à l’autorité de la Couronne. Toute organisation commerciale et légale qui lui serait concurrente, ne peut s’imposer, ne peut exister. Là encore, la situation ne permet pas la constitution d’une bourgeoisie, une élite locale qui pourrait défendre ses intérêts et attirer la population dans son sillage. Diviser pour régner semble être la solution choisir pour maintenir en place l’autorité de la Couronne.

Il a abdiqué le gouvernement de notre pays, en nous déclarant hors de sa protection et en nous faisant la guerre. Il a pillé nos mers, ravagé nos côtes, brûlé nos villes et massacré nos concitoyens.

Ce faisant, le roi expose les colons à tous les dangers, à l’image des excommuniés au Moyen-âge, sans reconnaissance, leur existence ou leur disparition physique ou morale importe peu…

Les colons sont donc sans protection, cela signifie que n’importe qui peut attenter à leur vie, piller leurs biens, c’est un appel clair au brigandage et à la piraterie, sous la bienveillante neutralité de la Couronne, tant qu’elle est assurée de percevoir ses taxes…

Un tel appel peut permettre également de diviser la population en deux groupes : ceux qui pillent, et ceux qui subissent, il est très difficile dans ce cas de s’unir et s’organiser pour résister à l’autorité de la Couronne…

En ce moment même, il transporte de grandes armées de mercenaires étrangers pour accomplir l’œuvre de mort, de désolation et de tyrannie qui a été commencée avec des circonstances de cruauté et de perfidie dont on aurait peine à trouver des exemples dans les siècles les plus barbares, et qui sont tout à fait indignes du chef d’une nation civilisée.

Ainsi, les colons sont isolés, et doivent faire face à tous les dangers. Les mercenaires étrangers jouent un rôle important de force armée, en évitant du même coup d’exposer la vie des soldats britanniques…Les pertes, s’il y en a, ne touchent pas les troupes du roi, mais des effectifs aisément remplaçables…

Le rôle des mercenaires est d’autant plus facile qu’ils peuvent piller et se livrer à toutes les exactions, avec la protection de la Couronne, en un mot, ils peuvent faire ce qui leur vaudrait la potence dans n’importe quel autre royaume…

Il a excité parmi nous l’insurrection domestique, et il a cherché à attirer sur les habitants de nos frontières les Indiens, ces sauvages sans pitié, dont la manière bien connue de faire la guerre est de tout massacrer, sans distinction d’âge, de sexe ni de condition.

Ici les indiens sont associés aux mercenaires, de la sorte, tous les moyens militaires sont mobilisés pour fragiliser les colonies et les maintenir dans une seule option : la défensive et la crainte. Dans de telles conditions, il est difficile de permettre aux colons de se rassembler en vue de constituer une opposition politique, toute leur énergie étant mobilisée pour la défense armée. Ces moyens extérieurs permettent à la fois de terroriser la population, mais aussi, de préserver la vie des soldats de la Couronne moins exposés à la révolte armée des colons.

Dans tout le cours de ces oppressions, nous avons demandé justice dans les termes les plus humbles ; nos pétitions répétées n’ont reçu pour réponse que des injustices répétées. Un prince dont le caractère est ainsi marqué par les actions qui peuvent signaler un tyran est impropre à gouverner un peuple libre.

L’absence de réponse de la couronne face aux demandes qui lui sont adressées, insistent sur le fait que les colons sont bel et bien considérés comme des citoyens de second ordre, voire indésirables. On pourrait presque songer à un remplacement de population par des nouveaux arrivants moins remuants, et plus soumis à l’autorité de la Couronne…

La réaction des colons est donc de rejeter l’autorité du roi comme le précise le 4e paragraphe.

Nous n’avons pas non plus manqué d’égards envers nos frères de la Grande-Bretagne. Nous les avons de temps en temps avertis des tentatives faites par leur législature pour étendre sur nous une injuste juridiction. Nous leur avons rappelé les circonstances de notre émigration et de notre établissement dans ces contrées. Nous avons fait appel à leur justice et à leur magnanimité naturelle, et nous les avons conjurés, au nom des liens d’une commune origine, de désavouer ces usurpations qui devaient inévitablement interrompre notre liaison et nos bons rapports. Eux aussi ont été sourds à la voix de la raison et de la consanguinité.

Cette partie justifie le choix des 13 Etats réunis pour accéder à l’indépendance, presque malgré eux…

C’est en effet l’attitude des autorités de la Couronne qui les pousse à cette extrémité. Le texte insiste tout particulièrement sur l’attitude conciliante des colons envers la Grande-Bretagne, sa population et ses institutions. Ainsi présentée, l’attitude de la Couronne relève d’une trahison envers les populations établies en Amérique.

Nous devons donc nous rendre à la nécessité qui commande notre séparation et les regarder, de même que le reste de l’humanité, comme des ennemis dans la guerre et des amis dans la paix. En conséquence, nous, les représentants des États-Unis d’Amérique, assemblés en Congrès général, prenant à témoin le Juge suprême de l’univers de la droiture de nos intentions, publions et déclarons solennellement au nom et par l’autorité du bon peuple de ces Colonies, que ces Colonies unies sont et ont le droit d’être des États libres et indépendants ; qu’elles sont dégagées de toute obéissance envers la Couronne de la Grande-Bretagne ; que tout lien politique entre elles et l’État de la Grande-Bretagne est et doit être entièrement dissous ; que, comme les États libres et indépendants, elles ont pleine autorité de faire la guerre, de conclure la paix, de contracter des alliances, de réglementer le commerce et de faire tous autres actes ou choses que les États indépendants ont droit de faire ; et pleins d’une ferme confiance dans la protection de la divine Providence, nous engageons mutuellement au soutien de cette Déclaration, nos vies, nos fortunes et notre bien le plus sacré, l’honneur. »

Cette dernière partie justifie la décision d’une rupture avec les autorités de la Couronne, avec une neutralité parfaite : ennemis dans la guerre et amis dans la paix non seulement envers les sujets de la Couronne, mais aussi envers tous les autres peuples, justifiant de fait, des décisions à l’avenir…

Ainsi, comme certaines Nations déclarent agir pour Dieu et le Roi, les 13 Etats déclarent agir pour Dieu et la Nation, pour accéder à l’indépendance.

De l’identité et du meneur…

C’est un élément à la fois sensible et fondamental qui semble revenir sur le devant de la scène. On cherche toujours à savoir qui l’on est, d’où l’on vient, avant de savoir où l’on va.

Les actuelles crises économiques (celle de 2008 et la suivante, probablement mars-avril 2013) ont généré un manque de confiance envers les dirigeants et les structures institutionnelles. On se raccroche à ce qui rassure, le jubilé de la Reine Elisabeth II a mis en valeur ce aspect souvent négligé. Dans un pays en perte de repères, où la vie devient de plus en plus difficile au quotidien, où les élites politiques ne séduisent plus les électeurs, on se rapproche de toute ce qui rassure : une souveraine en poste depuis 60 ans, qui a traversé toutes les crises de la seconde moitié du 20e siècle sans faiblir, ayant à cœur de défendre les intérêts du royaume et de ses sujets Une souveraine qui joue encore un rôle d’une importance capitale dans les affaires de l’Etat, est naturellement une personne qui se situe au-dessus des partis, au-dessus de la mêlée, des querelles et des crises. C’est un être providentiel qui cristallise autour de sa personne toute les attentes, tous les espoirs d’un avenir meilleur.

Il existe peu de personnalités politiques (y compris de chefs d’Etat) qui rassemblent autant de personnes, qui incarnent autant la stabilité et l’espoir d’une solution à tous les problèmes du moment. Nous avons connu il y a 4 ans une véritable « obamania », le mythe du héro américain qui peut surmonter tous les obstacles qui se dressent face à lui, à l’image des pionniers qui ont défriché les terres vierges et ont fondé les Etats qui se sont unis par la suite.

Ceci n’a duré que le temps de l’élection et le début du mandat, par la suite, on a réalisé que le héro du moment n’était d’un homme avec une charge immense qui pesait sur ses épaules…

Il n’a pas eu 60 ans pour devenir un socle solide, un rempart ou un point d’ancrage pour plusieurs générations d’électeurs. L’homme providentiel reste un mythe, que ce soit Obama aux Etats-Unis, Napoléon ou de Gaulle en France, Lénine ou Poutine en Russie, Havel en République Tchèque, Gandhi en Inde, Walesa en Pologne, Ioutchenko en Ukraine, Mao en Chine, L’empereur Akihito au Japon, la liste peut être encore longue…

Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une personne qui incarne l’espoir face à une situation délicate, un guide,  qui est censé conduire la population d’un pays vers un avenir meilleur. Dans ce cas, il incarne aussi une partie de l’identité de ce pays, et de la population. La crise économique que nous connaissons aujourd’hui remet en question des certitudes, des principes que l’on croyait alors éternels stables, certains comme les lois de la physique ou de la chimie. Il s’en est rien, et cette instabilité se traduit par une errance morale, qui pousse la population à se rassembler autour de tout ce qui peut la rassurer, la séduire.

Il peut s’agir d’une idée, d’un concept politique, philosophique, scientifique ou religieux, mais il sera toujours incarné par une personne, un individu qui joue le rôle de catalyseur. En un mot d’un chef. Cette vision des choses ne cadre pas tout à fait avec notre conception de la liberté, car si nous recherchons un meneur, nous appréhendons l’excès de pouvoir. On souhaite un chef mais on redoute qu’il devienne un dictateur. On accorde facilement notre confiance mais on voudrait des garanties…

Seulement, dans une telle situation, le service après-vente n’est pas inclus, on a les princes qu’on mérite, et il ne tient qu’à nous d’en changer. C’est une réalité à la fois terrible et implacable, on peut se choisir un meneur, mais dans ce cas, on lui laisse le soin de décider pour nous : on le laisse exercer le pouvoir à défaut de l’exercer nous-mêmes…

Catégories :causeries du moment

Du changement de siècle…

Notre société actuelle a connu de profonds bouleversements dès le début du nouveau millénaire. Tout d’abord, l’attentat du 11 septembre 2001 a fait voler en éclat le principe du sanctuaire occidental. En touchant les deux tours, une chose s’est imposée à toute la planète : il n’existe aucun endroit à l’abri de la violence.

Ce terrible attentat a démontré les défaillances de la défense américaine, ce pays se présentait comme la première puissance de la planète. Depuis, les opérations en Irak et en Afghanistan ont confirmé l’idée que face à un ennemi déterminé, les moyens manquent. Les lacunes dans le domaine de la sécurité, de la stratégie militaire et de la capacité de financement demeurent sans réponse à ce jour…

D’une façon plus générale, les anciennes puissances (grandes et moyennes) ne possèdent plus les ressources suffisantes pour mener leur politique : elles n’ont plus les moyens de leur politique et doivent se contenter de la politique de leurs moyens. La crise de 2008 a confirmé cette nouvelle donne. Les ressourcent manquent pour les uns, tandis que les autres en disposent de nouvelles, plus modestes, mais mieux exploitées. Bien sûr le grand ennemi, chef de « l’axe du mal » a été tué en Iran et en Afghanistan, cependant, la menace court toujours, les uns remplaçant les autres. On envient véritablement à un choc des civilisation, des cultures, deux mondes coexistent sans se comprendre, et peut-être même sans vouloir se comprendre.

Ici les antagonismes, sont d’ordre religieux et culturels, avec des conséquence militaires, ailleurs les antagonismes sont d’ordre économiques. La Chine s’est bel et bien réveillée, et elle ne rencontre que peu de résistance, que ce soit face à une Europe en crise de confiance et monétaire, ou encore face à une économie américaine qui se remet difficilement de la dernière crise, et qui appréhende la suivante. La porte reste grande ouverte pour une économie en pleine expansion. Et pourtant, la révolte gronde dans l’Empire du Milieu. Les émeutes de la faim, des laissés pour compte et des opposants politiques tendent à se développer.

Pour l’instant, ils restent largement minoritaires, trop faibles pour mettre ne danger les institutions en place (comme au Maghreb en 2011 et 2012), trop peu structurés pour gêner une croissance économique et un enrichissement croissant de la population. Cependant, des brèches apparaissent, l’accès a un pouvoir d’achat nettement supérieur d’une génération à l’autre développe les importations, au point de mettre en danger la balance commerciale. Les classes moyennes (et les classes aisées) veulent consommer et en ont désormais les moyens, mais ils consomment des produits d’importation. Un autre problème se pose aux autorités chinoise : la fuite des cerveaux, en effet, la matière grise formée en chine a tendance à émigrer vers des pays où ils pourront monnayer leurs compétences au meilleur prix.

C’est ce que l’on pourrait appeler le syndrome des pays développés, une importation massive, et une fuite des cerveaux vers des destinations plus lucratives. Ajouté à cela de gros problèmes énergétiques, car il faut désormais fournir de l’électricité en quantité suffisants pour des ménages équipés d’appareils toujours plus énergivores, et du carburant en quantité toujours croissante afin de suive le développement du parc automobile. Ce problème de carburant place la Chine au niveau des pays les plus développés et les plus riches de la planète : totalement dépendants des pays producteurs, et don contrainte d’adapter leur politique extérieure afin d’assurer un approvisionnement régulier et en grande quantité pour répondre à une demande croissante…

Plusieurs pistes se dégagent pour un avenir déjà connu :

– la Chine qui s’affirme de plus en plus à travers une politique économique en plein essor, sur tous les continents, en en particulier en Afrique. Une nouvelle superpuissance qui doit cependant gérer des problèmes internes qui ne pourront que se développer naturellement ou artificiellement soutenu par des concurrents.

D’autres pays d’Asie qui se développeront eux aussi, entraînés dans le sillage chinois, ou aidés par d’autres pays souhaitant profiter du développement économique de l’Asie, ou encore pour se positionner sur place, en attendant l’occasion de pouvoir contrer la puissance économique chinoise…

– l’Europe qui peine à se remettre de la crise actuelle de l’euro et de la défiance des citoyens envers leurs institutions et leurs dirigeants. Si certain pays connaissent un net développement économique comme la Pologne, c’est souvent grâce aux aides européennes, comme l’Irlande dans un passé relativement proche. Actuellement, le miracle irlandais a cédé la place au miracle polonais, avant le nouveau bénéficiaire des largesses européennes (Croatie, Grèce, Roumanie ???).

– Les Etats-Unis qui se remettent lentement de la crise de 2008 qui a fait passer la population d’un optimisme au pessimisme, du crédit à l’épargne, en attendant la prochaine crise qui pourrait bien survenir début 2013 (mars ou avril).

Sans parler de la crise de 2001 qui a tragiquement démontré que le sol américain n’et plus un sanctuaire inviolable. Les guerres d’Irak et d’Afghanistan qui ont démontré que l’économie américaine n’est plus assez forte pour soutenir un effort de guerre sans la participation des alliés. En ce sens, la décision du Président Hollande de retirer les troupes françaises d’Afghanistan, a placé le Président Obama dans une situation délicate à la veille des élections présidentielles de septembre (politiquement et économiquement).

– l’Afrique qui connaît un développement très important, avec une expansion de l’Islam radical dans certains pays comme le Mali, ou un développement économique très soutenu comme en Guinée Conakry. De façon générale, les investissements massifs de Pékin en Afrique développent l’économie du continent, en chassant au passage les anciens investisseurs américains et européens. Il y a cependant une volonté croissante des population et des gouvernants d’accéder à une indépendance économique après l’indépendance politique de l’après-guerre aux années 80. Cela augure peut-être des décisions délicates créant susceptibles de créer des incidents diplomatiques, voire conflits armés et des renversements de gouvernements…

– l’Amérique latine connaît une contestation croissante, avec une mouvement anti-américain qui tend à se développer. Que se soit à travers des mouvements populaires ou des chefs d’Etat comme Hugo Chavez, il y a une volonté de s’affirmer, d’acquérir une nouvelle indépendance. Certaines ressources naturelles comme le pétrole permettent et motivent cette volonté d’indépendance économique. Contrairement à la Chine, il ne s’agit pas d’une politique expansionniste, mais d’une politique indépendantiste vis-à-vis de Washinton, ennemi tout désigné (à tort ou à raison). Cependant, si les pays d’Amérique latine parviennent à constituer un bloc économique et politique cohérent (comme l’UNASUR), leur regard pourrait bien se porter au-delà des frontières du continent pour exporter des matières premières ou des capitaux…