Accueil > causeries du moment > De Tottenham à…

De Tottenham à…

L’article du Monde du 02 août 2012 (P2) résume très justement un événement loin d’être isolé au sein de nos sociétés modernes. En effet, les pillages de magasins à Los Angeles en 1992, ou à Tottenham en 2011, procèdent des mêmes effets, des mêmes  causes, des mêmes résultats.

« Une façon d’obtenir ce qu’on n’avait pas » est une justification certes un peu faciles, un peu rapide pour une population issue d’une « culture impatiente » qui ne mesure pas les la situation aux efforts à fournir pour s’en sortir, mais répond plutôt à une éducation plus réductrice, plus immédiate : « j’ai envie, je prends ». Cet esprit ultra consumériste est un trait caractéristique de notre société actuelle, du « tout, tout de suite », les justifications idéologiques ne manquent pas, on apprend assez vite qu’il s’agit de réclamer pour obtenir, que « la société nous doit quelque chose avant qu’on ne lui doive »…

Cette situation quelque peu dangereuse est une pente glissante que l’on savonne sans cesse, presque sans s’en rendre compte. Et pourtant la situation de crise économique actuelle  ne nous permet plus cette attitude si légère, cette insoutenable légèreté de l’être à l’heure ou l’on parle tant de rigueur, de restriction, d’effort de chacun pour sortir de l’ornière…

Il y a don un décalage profond entre la réalité assez sombre et contraignante, et l’idée que l’on s’ne fait, un monde fantaisiste à « l’individualité prononcée » où le sens de l’effort est absent, n’a jamais été abordé, inculqué, appris.

La réalité est bine entendu très différente, la crise économique davantage…

Les ingrédients de la « fête » sont encore réunis selon l’article et pas seulement à Tottenham, on l’a vu à Amiens en 2009 et en août 2012, c’est une situation que l’on doit prendre en compte, dont on doit d’abord prendre conscience (et c’est peut-être le plus difficile car c’est, avouons-le, un aveu d’échec !), pour ensuite l’intégrer, le traiter et trouver une solution adaptée qui passera nécessairement par le goût de l’effort. Il n’est pas tant question de revenir à ces « valeurs traditionnelles » relativement conservatrices, mais plutôt de prendre conscience des réalités, des nécessités, des impératifs pour réponde à la crise actuelle qui n’est pas seulement économique, mais aussi, pour ouvrir les yeux des jeunes, premières victimes de cette crise qui exige des efforts, le meilleur de chacun…

Il faut bien l’avouer, c’est un peu la loi de la jungle, le plus fort, le plus adapté peut survivre, les autres…

Publicités
Catégories :causeries du moment
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :