Accueil > causeries du moment > le Mali, entre oubli et inquiétude…

le Mali, entre oubli et inquiétude…

Le dossier malien reste toujours aussi préoccupant… aussi préoccupant qu’ignoré…

Le presse n’en parle plus ou presque, et pourtant la situation ne cesse de se dégrader. A présent, la France est appelée à l’aide, le peuplade malien se trouve isolé face à la menace intégriste. Au-delà des infiltrations jihadistes dans l’armée ou les services secrets maliens, les enfants soldats ou l’inaction générale, le spectre du péril culturel demeure.

En effet, après la destruction des mausolées de Tombouctou qui ont suscité autant d’indignation que d’inaction de la communauté internationale (comme pour les bouddhas de Bamiane en 2001), c’est à présent un autre trésor culturel de l’humanité qui est menacé : les 60 000 manuscrits de Tombouctou, trésor de la mémoire africaine, qui sont désormais entre les mais des islamistes…

On serait en droit d’attendre une réaction forte, mais la réalité est toute autre. Tout comme une éventuelle intervention militaire, cela reste… une arlésienne…

Source : site web de l’express, du 13-12-2012.

Mali: « Le salut ne peut venir que d’une intervention militaire »

Par LEXPRESS.fr, publié le 13/12/2012 à 18:34, mis à jour à 22:52

Le nord du Mali est sous le contrôle de groupes djihadistes qui terrorisent la population en appliquant leur interprétation fanatique de la charia. El-Hadj Ben Cissé, un ancien habitant de Tombouctou qui a séjourné récemment dans sa ville natale a répondu à vos questions.

Mali: "Le salut ne peut venir que d'une intervention militaire"
TOMBOUCTOU (MALI) – « Il faudrait une reconquête par les forces internationales, et une force de maintien de paix de l’ONU et de l’Union Africaine pour au moins dix ans. »

DR

PEYSOL: Est-ce que le peuple Malien dans son immense majorité serait d’accord pour que la France et d’autres pays européens interviennent militairement directement?

El-hadj BEN CISSE: Classe politique et société civile sont convaincues que le salut ne peut venir que de l’ancienne puissance coloniale dont l’intervention en Libye a accéléré la partition du Mali.

>>>Lire notre reportage: Tombouctou dans l’enfer du djihad

Calouni: Pourquoi les habitants ne parviennent-ils pas à mettre en place une « résistance » pour tenter de combattre les djihadistes? Y a- t-il eu des tentatives de rebellion organisées ou individuelles?

Les habitants ont été vite dépassés par des événements qu’ils n’attendaient pas: la déroute de l’armée dont une écrasante partie de sa composante touareg est partie avec les djihadistes… Et puis les habitants du nord Mali, n’ont pas dans leur culture, la guerre et la guerilla à moins que ces événements ne la forgent.

Briol: Comment procéde-t-on pour distinguer un touareg pacifique d’un touareg djihadiste? La coexistence entre Maliens et Touaregs est- elle possible?

C’est un vrai problème et il entraîne de graves amalgames et incompréhensions, car les djihadistes ont infiltré l’armée malienne et ses services secrets… mais est djihadiste celui qui porte des armes, refuse la république… et s’ils sont majoritairement touareg, il y en a aussi de toutes les ethnies et de toutes les nationalités.

AJAY: Que pense la population masculine de Tombouctou de cette version fanatique de la charia ?

La population, qu’elle soit masculine ou féminine, est opposée à cette pratique moyenâgeuse de l’Islam.

Jay: Quelle est selon vous la solution pour que les habitants du nord du Mali puisse recommencer à vivre dans la sérénité?

Une reconquête par les forces internationales et une force de maintien de la paix de l’ONU et de l’Union Africaine pour au moins dix ans.

Hammou HAÏDARA: Je suis moi même de Tombouctou et ma question est la suivante: après la destruction de quelques symboles forts du patrimoine de Tombouctou (mausolées, monument AlKarouk), faut-il craindre que les islamistes s’en prennent aux manuscrits anciens de la ville, dont on sait que certains contenus sont pour le moins anti-charia ?

Le plus grand centre de manuscrits anciens de l’Afrique Noire, avec 60 000 manusccrits, est déjà entre leurs mains. Aussi, il ne faut plus craindre le désastre…Il est là…Il faut l’éradiquer.

Chtr: Quel est l’impact le plus important de la présence des djihadistes dans la vie quotidienne?

L’absence de toutes activités génératrices de revenus qui fait que la population est obligée de tendre la sébile à une hypothétique aide humanitaire internationale. Il n’y a plus d’électricité et on craint de manquer d’eau potable.

Bautzen: Jusqu’à quand va régner ce régime islamiste au Mali, soutenu par l’Algérie. Personne ne bouge. Maintenant il va falloir envoyer 15 000 soldats pour le combattre, personne bouge? C’est scandaleux, les maliens sont seuls face à cet ennemi.

Oui, l’ancien président ATT disait bien que le Mali ne pouvait combattre seul, ces djihadistes, que les Algériens, à force de répression, ont rejeté vers leur frontière Sud… Un no man’s land de plusieurs milliers de kilomètres et si, on ne fait rien, des pays comme la Mauritanie ou le Niger, sont menacés à court terme.

Léopold: Pensez-vous que les djihadistes du nord mali s’en prendront désormais aux intérêts français? L’enlèvement de ressortissants français n’en était-il pas le signe précurseur?

Je pense qu’avant même cette crise au Mali, et depuis au moins une vingtaine d’années, la France était une cible privilégiée pour les djihadistes. Parce que depuis les otages du Liban en 1988, ils ont compris que c’est un pays qui ne rechigne pas à payer des rançons… Aucun ressortissant américain n’est plus enlevé parce que les USA ne négocient même pas, a fortiori payer des rançons… Des Américains étaient présents à Tombouctou, exploitant une ferme, mais ils ne se sont jamais sentis menacés et ont quitté la ville, la veille de l’invasion. Les otages, c’est d’abord pour avoir de l’argent…

Clarou: Je crains beaucoup qu’aucune intervention extérieure dans un délai rapide ne vienne aider le Mali? Qu’en pensez vous?

Je reviens du Nord, et tous les jours, le moral des populations oscille en fonction de l’éventualité de cette intervention, qui devient vraiment une sorte d’arlésienne… Toujours annoncée mais jamais faite, et pendant ce temps, les islamistes tuent et violent.

Fulani: Comment expliquez-vous que des mouvements islamistes armés aient recours au trafic de drogue et aux enlèvements d’otages pour se financer ?

Comme leurs modèles talibans vivent du pavot, ici c’est le trafic de drogue… et le trafic de toubabs. C’est un marché devenu lucratif depuis que les pays européens acceptent de payer des rançons sous la pression de leur opinion publique, et il n’y a que l’Europe qui puisse mettre fin à cela en intervenant militairement et en refusant de payer des rançons.

Djenné: Pourquoi les touaregs du MNLA ont-ils si peu résisté aux djihadistes?

Les djihadistes ont avec eux le nombre, et l’armement pris en Libye ; ensuite, ils sont fanatisés et n’ont pas peur de la mort.

Malien2: Comment les habitants de Tombouctou font-ils pour se ravitailler en alimentation et en produits de la vie quotidienne? Est-ce que des camions de marchandises venus du sud, d’Algérie ou de Mauritanie circulent encore pour approvisionner la ville?

Oui! Les produits de première nécessité venant de ces pays ne manquent pas car ces commerçants ont en grande partie des affinités avec les islamistes. La ville est correctement ravitaillée, mais c’est l’argent qui manque car il n’y a plus de banque.

Juliette44: Y a-t-il beaucoup d’enfants soldats?

Il y a beaucoup d’enfants soldats et ce sont même les plus menaçants. Ils sont postés aux entrées de la ville et ne respectent personne.

Juliette44: Avez-vous une idée d’où viennent ces enfants soldats?

Ils sont recrutés dans les faubourgs des grandes villes et sont majoritairement issus de milieux défavorisés.

Charlie: Est-ce que la radicalisation islamiste est venue d’un seul coup dans le nord mali, ou est-ce qu’elle avait déjà commencé avant? Et si oui pourquoi à votre avis?

Il y avait des signes précurseurs depuis une dizaine d’années, avec l’arrivée massive de prédicateurs venus du Pakistan, et la prolifération des mosquées d’obédience wahhabite, qu’on construisait à tour de bras, malgré l’opposition de la hiérarchie islamique en place. Mais avec la corruption de l’administration malienne… tout est allé très vite.

Brmomo : Entre les années 80 et 90, j’ai fait plusieurs fois le trajet passant par Tombouctou, Gao etc… Je me souviens de gens extrèment accueillants, et d’avoir bu le thé dans le desert sans aucune crainte avec des inconnus. Je pense que je ne reconnaitrais plus rien maintenant. Pensez-vous qu il va y avoir une révolte spontanée des gens ainsi asservis?

Ce temps… On en rêve tous ; mais plus rien ne sera plus comme avant, je pense.

Vivien: En cas d’intervention militaire dans le Nord, n’y-a-t-il pas un risque que l’armée malienne ou des milices, qui se sentent humiliées, se vengent sur les populations touaregs ou arabes qui pourtant n’ont rien à voir avec les jihadistes ?

C’est bien possible, que des innocents payent pour les vrais bourreaux.

se canto: Retournerez-vous vivre à Tombouctou, après avoir parlé et répondu a nos questions n’est-ce pas trop dangereux?

C’est sous le sceau de l’anonymat, et je pourrais difficilement me passer de cette ville qui est un cocon pour moi.

Publicités
Catégories :causeries du moment
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :