Accueil > causeries du moment > Petite cuillère contre mariage forcé…

Petite cuillère contre mariage forcé…

Voici un article intéressant sur la situation dramatique de nombreuses jeunes femmes en Angleterre… ou ailleurs…

Source : http://www.lepoint.fr/monde/une-petite-cuillere-contre-le-mariage-force-19-08-2013-1715390_24.php

Une petite cuillère contre le mariage forcé

Faire sonner le portique de sécurité à l’aéroport et se voir refuser l’accès à l’avion : l’ultime chance pour les jeunes victimes de mariage forcé.

Par Sofia Fisher

L’association britannique Karma Nirvana, qui lutte contre le mariage forcé depuis 1993, a mis au point une méthode pour le moins étonnante afin d’éviter de telles unions. Elle conseille aux jeunes femmes envoyées du Royaume-Uni vers l’étranger et craignant d’être mariées de force de cacher une petite cuillère ou autre objet métallique dans leurs sous-vêtements, plus précisément leur culotte. L’idée est de faire sonner les portiques détecteurs de métaux des aéroports, afin d’être isolées pour une fouille corporelle. Une fois séparées de leurs familles, les jeunes filles pourront s’exprimer auprès des agents de sécurité, et se voir empêchées d’embarquer vers les pays où leurs familles cherchent à les marier.

Selon l’association, citée par The Guardian, la stratégie semble avoir déjà fait ses preuves. « Nous avons été en contact avec des personnes qui, grâce à cette technique, ont pu échapper à une situation dangereuse », assure Natasha Rattu, directrice des opérations de Karma Nirvana. « Encore faut-il que les jeunes filles soient conscientes de ce qu’il va leur arriver, et qu’elles aient le courage de révéler la terrible vérité. »

Dernier rempart

Contactée par Le Point.fr, la présidente de l’association, Jasvinder Sanghera, explique : « Je suis moi-même une survivante d’un mariage forcé. Et donc je sais pertinemment bien que dans ce genre de cas, il faut isoler la victime des parents. » La jeune femme a fui sa propre famille à l’âge de 16 ans, après que sa soeur se fut immolée par le feu pour avoir été obligée d’épouser un inconnu. « Se faire arrêter aux portiques de sécurité est une mesure de dernière instance, bien sûr. Il est toujours préférable de pouvoir extirper l’enfant de cette situation avant. Mais comme tout mariage forcé se déroule à l’étranger, l’aéroport est le dernier lieu où l’on peut encore faire quelque chose. Alors quand une victime nous appelle (on reçoit 600 appels par mois) et nous explique que sa famille l’emmène hors du Royaume-Uni sans trop comprendre pourquoi, on lui propose la solution de la cuillère pour alerter quelqu’un, car souvent, c’est une fois à l’aéroport qu’on leur annonce la nouvelle. » Elle ajoute : « 15 % de nos appels proviennent de jeunes garçons. Les filles ne sont malheureusement pas les victimes exclusives de ces pratiques abusives. »

La Grande-Bretagne lutte activement contre les unions forcées et s’est engagée à protéger tout citoyen britannique, quelles que soient les traditions culturelles de la famille, et ce à l’intérieur de ses frontières comme à l’étranger. En 2012, le gouvernement a fait du mariage forcé une infraction criminelle, en plus de ses efforts de coordination avec les corps des enseignants, médecins, assistants sociaux et employés aériens.

Le danger des vacances scolaires

Le gouvernement britannique a d’ailleurs demandé au personnel aéroportuaire d’être particulièrement attentif en cette période estivale, notamment en août. En effet, les vacances scolaires sont particulièrement risquées pour les adolescents : les enseignants ne sont plus présents pour faire remarquer des comportements inhabituels chez l’élève ou des périodes d’absence prolongées. Le 10 août dernier, le gouvernement a lancé un appel de sensibilisation aux signes d’alerte potentiels : l’attitude de la famille de l’enfant, le malaise du jeune, la période de l’année, l’âge de la personne, et surtout des billets d’avion à sens unique.

En 2012, l’unité gouvernementale de lutte contre les mariages forcés a recensé 1 485 cas, dont la moitié se sont déroulés au Pakistan. Elle a aussi pris en charge des plaintes concernant une soixantaine de pays d’Asie, du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord. Plus de 600 victimes avaient moins de 26 ans au moment de la plainte, et la victime la plus jeune, signalée en mars 2013, avait 2 ans. « Ce n’est que la pointe de l’iceberg », se désole Jasvinder Sanghera. Et elle n’a pas tort, chaque année, les pouvoirs publics estiment entre 1 500 et 5 000 les cas de mariages forcés.

Le Point.fr – Publié le 19/08/2013 à 18:01

Faire sonner le portique de sécurité à l’aéroport et se voir refuser l’accès à l’avion : l’ultime chance pour les jeunes victimes de mariages forcés.

Le Point.fr – Publié le 19/08/2013 à 18:01

Faire sonner le portique de sécurité à l’aéroport et se voir refuser l’accès à l’avion : l’ultime chance pour les jeunes victimes de mariages forcés.

 

Publicités
Catégories :causeries du moment
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :