Accueil > Ukraine-Russie > L’Ukraine, un dossier toujours aussi brûlant…

L’Ukraine, un dossier toujours aussi brûlant…

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/ukraine-la-revolte/20140829.OBS7562/ukraine-la-russie-menacee-de-sanctions-pour-son-incursion-evidente.html

UKRAINE. Kiev réclame des armes à l’Otan, mais pas de troupes

Par Le Nouvel Observateur avec AFP – Publié le 29-08-2014 à 05h44Mis à jour à 16h02

 

Poutine a demandé aux séparatistes d’ouvrir « un couloir humanitaire » pour les soldats ukrainiens encerclés à Llovaïsk. La preuve, pour Kiev, que Poutine contrôle les rebelles.

L’Ukraine aimerait recevoir des armes de l’Otan, mais n’attend pas de l’Alliance qu’elle envoie des troupes combattre les séparatistes pro-russes à ses côtés, a affirmé vendredi son ambassadeur.

« Ce dont nous avons besoin, c’est de plus d’aide, y compris militaire. Il est clair que l’Otan ne peut pas nous aider avec des troupes, et nous n’en attendons pas tant des Etats membres », a déclaré Ihor Dolhov, chef de la délégation ukrainienne auprès de l’Otan, après une réunion de la commission Otan-Ukraine.

« Nous n’envisageons pas cela en tant qu’option pour le moment », a-t-il ajouté. « Nous pouvons assurer notre propre protection, mais nous avons besoin de l’aide » des Alliés « pour arrêter l’agression » de la Russie et « pour appeler le président (Vladimir) Poutine à faire la paix ».

Les Etats membres de l’Otan n’ont « malheureusement » pas fourni d’armes à l’Ukraine, a regretté Ihor Dolhov. « Nous voulons » des armes, a-t-il insisté. Au sommet de l’Otan des 4 et 5 septembre au Pays de Galles, la création de quatre fonds de soutien devrait être décidée pendant une réunion à laquelle le président ukrainien Petro Porochenko sera présent. Ihor Dolhov a espéré que cela donnerait « des résultats pratiques ». « En ce qui concerne la logistique, nous avons non seulement besoin de conseils mais aussi quelque chose de concret comme des logiciels par exemple », a-t-il dit.

Vers une adhésion à l’Otan ?

La situation en Ukraine risque de devenir « hors de contrôle » avec une « confrontation immédiate » entre troupes russes et ukrainiennes, a mis en garde vendredi le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, dès l’ouverture d’une réunion avec ses homologues européens à Milan.

« Il faut savoir que la situation, qui était déjà dangereuse dans l’est de l’Ukraine, a atteint une nouvelle dimension. […] Les violations de la frontière que nous observons nous laissent craindre que la situation ne soit devenue hors de contrôle. C’est pourquoi il faut y mettre fin si l’on veut empêcher une confrontation militaire immédiate entre les forces russes et ukrainiennes », a ajouté le ministre.

Il a exhorté la Russie à laisser « la raison prévaloir », et à « jouer cartes sur table », en négociant avec Kiev un règlement politique avant qu’il ne soit trop tard. Les 28 Etats membres de l’Otan se sont eux réunis d’urgence vendredi matin à Bruxelles, l’Alliance atlantique ayant évalué jeudi à « plus de mille » le nombre des soldats russes combattant dans l’est de l’Ukraine aux côtés des séparatistes et à 20.000 le nombre de ceux massés le long de la frontière. Les ambassadeurs se sont ensuite réunis avec leur homologue ukrainien, peu de temps après l’annonce par le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, d’un projet de loi destiné à annuler le statut de non-appartenance de l’Ukraine aux blocs et à revenir sur la voie de l’adhésion à l’Otan. Selon Ihor Dolhov, le Parlement dissous peut s’en saisir avant les élections du 26 octobre. « Ce Parlement va continuer à travailler (…) c’est le Parlement légitime jusqu’à ce qu’une nouvelle assemblée soit élue », a-t-il souligné.

Des soldats ukrainiens encerclés

Le président russe Vladimir Poutine avait demandé, dans la nuit de jeudi à vendredi, aux séparatistes pro-russes d’ouvrir un « couloir humanitaire » pour les forces ukrainiennes encerclées à Llovaïsk par les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine.

« J’appelle les forces rebelles à ouvrir un couloir humanitaire pour les troupes ukrainiennes qui ont été encerclées, afin d’éviter des victimes inutiles et afin de leur donner l’opportunité de se retirer de la zone des opérations », a déclaré Poutine dans un communiqué de presse destiné « aux insurgés de la Novorossia » (Nouvelle Russie), mot qu’il utilise pour désigner plusieurs régions russophones du sud-est de l’Ukraine.

Des combattants loyalistes ukrainiens sont encerclés depuis plus d’une semaine dans la ville d’Illovaïsk située à 40 kilomètres au sud-est du bastion séparatiste de Donestk et dont la chute n’est qu' »une question de jours » à en croire des insurgés pro-russes interrogés jeudi par l’AFP. Ces soldats ukrainiens se sont retrouvés encerclés après « les succès considérables [des séparatistes] contre l’opération militaire de Kiev », a encore souligné Vladimir Poutine. Kiev a reconnu jeudi avoir perdu le contrôle de la ville côtière de Novoazovsk sur la mer d’Azov située à 40 kilomètres du port stratégique ukrainien de Marioupol qui relie par la côte la frontière russe à la Crimée, péninsule ukrainienne annexée en mars par la Russie. Un porte-parole militaire ukrainien a affirmé que les « troupes russes » ont pris le contrôle de Novoazovsk (11.000 habitants) à 100 km au sud du bastion rebelle de Donetsk, un revers considérable pour les forces armées ukrainiennes.

Les pro-russes prêts à écouter Poutine

Poutine, qui a appelé Kiev « à cesser les combats, à établir un cessez-le-feu et à négocier avec les représentants du Donbass », a aussi demandé aux séparatistes pro-russes de fournir « une aide médicale » aux soldats blessés, ajoutant que la Russie « se tenait prête et fournira de l’aide humanitaire à la population du Donbass ». Les insurgés pro-russes se sont dits prêts à suivre les consignes du président russe.

« Avec tout le respect dû […] au président d’un pays qui nous aide surtout moralement, nous sommes prêts à ouvrir pour les unités ukrainiennes, encerclées dans ce guêpier, un couloir humanitaire à condition qu’elles nous rendent leurs armes et leurs munitions », a répondu vendredi matin le « Premier ministre » de la république séparatiste Donetsk Alexandre Zakhartchenko à la chaîne de télévision russe Rossia 24.

De son côté, l’armée ukrainienne affirme que l’intervention de Vladimir Poutine montre que les rebelles « sont dirigés et contrôlés directement depuis le Kremlin ». La Russie a été accusée jeudi par Kiev et les Occidentaux d’avoir envoyé des troupes régulières dans l’est de l’Ukraine, plus de mille selon l’Otan.

Publicités
Catégories :Ukraine-Russie
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :