Accueil > Non classé > Ukraine, présence militaire US ?

Ukraine, présence militaire US ?

Source : http://www.lesechos.fr/journal20150420/lec1_derniere/02115313646-les-gi-debarquent-en-ukraine-1112760.php

Les GI débarquent en Ukraine

Yves Bourdillon / Journaliste | Le 20/04 à 06:00

L’envoi de 300 instructeurs américains va fortement agacer Moscou.

C’est une opération militaire de faible envergure, mais inédite et à forte signification sur le plan géostratégique. Environ 300 parachutistes de la 173e brigade aéroportée des Etats-Unis sont arrivés vendredi en Ukraine pour former 900 soldats ukrainiens pendant six mois. Un posture ferme vis-à-vis du Kremlin, puisque Kiev combat dans les régions séparatistes du Donbass des forces comptant une forte proportion de soldats russes.

Les instructeurs seront basés à Iavoriv, près de la frontière polonaise, comme d’ailleurs 200 confrères canadiens déployés dans la même base en juin prochain. A 1.300 kilomètres, donc, de la ligne de front, suffisamment loin pour éviter une balle perdue et respecter le tabou fondamental de la guerre froide : jamais un soldat de l’Otan en situation de tuer ou d’être tué par un soldat russe ! Quant aux soldats formés par les Américains, ils n’appartiennent pas stricto sensu à l’armée ukrainienne, mais à la Garde nationale. Un corps subordonné au ministère de l’Intérieur et composé surtout de volontaires issus des milices d’autodéfense de Maïdan, le mouvement de contestation qui a contribué au renversement du président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, en février 2014. Ultime bémol, ce n’est pas non plus la première fois que des soldats américains sont déployés dans des pays de l’ex-URSS, hors Etats baltes. Depuis 2003, ils participent régulièrement à des manoeuvres militaires au Kazakhstan avec leurs homologues kazakhs et tadjiks, et ils ont opéré une base à Manas, au Kirghizstan, cruciale pour leur intervention en Afghanistan.

Toutefois, ce déploiement de parachutistes américains est d’une tout autre nature, dans un pays que Moscou considère comme son arrière-cour. Il s’agit d’améliorer les capacités au combat d’unités servant un régime désireux de quitter le giron de Moscou. Alors que la civilisation russe est née sur les rives du Dniepr, à Kiev, il y a plus de mille ans, et est le berceau du sentiment national russe actuel. Vladimir Poutine n’a-t-il pas rappelé jeudi qu’il ne voyait « aucune différence entre un Ukrainien et un Russe, tous deux appartiennent à la même nation » ?

Tout cela sera donc sans doute vécu à Moscou comme un défi ou une provocation. Le Kremlin a d’ailleurs aussitôt dénoncé dans un communiqué une « sérieuse opération de déstabilisation ». Nul doute que, convaincu que le nouveau régime ukrainien est issu d’un coup d’Etat fomenté par la CIA, le Kremlin adoptera à son tour des postures allant au-delà du communiqué.

Yves Bourdillon, Les Echos
Publicités
Catégories :Non classé
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :