Archive

Archive for avril 2012

De la nouvelle menace…

L’affaire Mehra de fin mars 2012 a soulevé des interrogations, quant à la menace terroriste. En effet, nous nous sommes apperçus qu’après la chute de Ben Laden (3 mai 2011), l’organisation des groupes terroristes a changé, il ne s’agit plus tant de groupuscules identifiés, soumis à une hiérarchie de responsables, de réseaux donnés comme Forsanne Alizza dont les membres ont été arrêtés fin mars 2012. Au contraire, il s’agit d’avantage de nouvelles organisations à travers les actions isolées de jeunes radicalisés, armées, fanatisés, en sommeil…

Ce système d’agents dormants n’est pas nouveau, cette technique s’avère particulièrement efficace, peu onéreuse, ne nécessite pas une logistique lourde et complexe. En effet, un agent dormant, est par définition peu identifiable, il se fond dans la foule pour rester en sommeil plusieurs mois, plusieurs années si nécessaire. Ensuite, il décide d’agir par lui-même suite à un événement particulier ou sur ordre. Sa mise en sommeil lui permet de préparer son action en toute discrétion, ce qui le rend d’autant plus efficace. Indétectable, il peut à loisir effectuer des repérages sur site, analyser des allées et venues de personnels, des rotations de surveillance, tester des temps de réaction, déterminer des heures de pointe, des objectifs…

Tout ceci ne l’empêche cependant pas de faire du prosélytisme et de recruter de nouveaux agents dormants, de constituer une base logistique pour faciliter ses actions. Dans une telle démarche, les attitudes les plus simples s’avèrent être les plus efficaces : éviter l’outil informatique, utiliser des messagers (personnes physiques), pour transmettre des informations le cas échéant. Sans trace ni signature informatique ou téléphonique, il est assez difficiles de repérer et identifier une personne à moins de pouvoir effectuer des contrôles d’identité de façon ponctuelle ou planifiée, dans le cas d’une enquête par exemple,

Dans ce cas, il est relativement aisé de constituer des listes de personnes suspectes, à condition de croiser les données, de comparer et mettre à jours les informations. Actuellement les contrôles d’identité ne sont pas à l’ordre du jour, seule une surveillance à distance est envisagée et possible, ce qui limite les sources d’information et les possibilités de recouper ces informations.

Ainsi, dans l’affaire Mehra, après l’assassinat des 3 militaires, le coupable avait déjà été suspecté, il a fallu le massacre de l’école juive pour que des rapprochements permettent de le confondre. Ceci a soulevé plusieurs questions, quant à la surveillance et la neutralisation des terroristes présumés, ou du moins, des individus dangereux.

Une telle démarche (arrestation préalable) aurait-elle pu empêcher ces événements, aurait-on pu même empêcher le meurtre des 3 militaires ?

Cette question reste à ce jour sans réponse, dans cette période délicate qu’est la Présidentielle 2012…

Publicités
Catégories :causeries du moment